Activité physique et santé

Les effets bénéfiques des activités physiques et sportives sur la santé sont confirmés par toutes les études épidémiologiques modernes. Leur pratique régulière améliore le bien-être émotionnel et physique, la qualité de vie et l’estime de soi. Ce rôle bénéfique se retrouve dans toutes les classes d’âge. L’activité physique revêt une importance particulière pour le développement des enfants et des jeunes, et peut contribuer considérablement au bien-être des personnes âgées. Il est également montré que la qualité de vie des malades chroniques se trouve améliorée, lorsque l’accompagnement est satisfaisant. Une étude prospective publiée fin 2007 montre que la pratique d’une activité physique adaptée entraîne une réduction du risque de mortalité de l’ordre de 30 %.

L’EPSP considère que l’activité physique doit faire partie intégrante du parcours de vie et qu’elle doit être pratiquée dès le plus jeune âge, pour en faire un mode de vie qui pourra être conservé tout au long de la vie.

1

La conception de l’environnement bâti, en particulier la planification du réseau de rues, l’utilisation des sols, la localisation des installations de loisirs, des parcs et des bâtiments publics, et le système de transport peuvent encourager les habitants à pratiquer une activité physique ou au contraire les en dissuader. Des stratégies fondées sur des partenariats peuvent favoriser et faciliter l’activité physique dans différents lieux (tels que les quartiers, les établissements de soins, les lieux de travail, les écoles et les systèmes de transport).

Pour encourager l’activité physique, il faut donc pouvoir compter sur la coopération de divers secteurs (urbanisme, logement, transports, santé publique, services sociaux, enseignement et sports), ainsi que sur le secteur privé et les associations. Les professionnels de santé peuvent contribuer au développement des programmes d’activités physiques adaptées pour leurs patients.

L’EPSP a développé ou soutenu plusieurs projets de promotion de l’activité physique pour différentes populations : population générale, salariés des entreprises, personnes âgées, patients atteints de pathologies chroniques.

  • Activité physique et vieillissement en santé : le parcours 4S :

Dans le cadre du modèle pour un vieillissement en santé conçu au sein de l’Espace Partagé de Santé Publique (EPSP) des Alpes-Maritimes, la Mairie de Nice a développé un projet d’aménagement urbain dans le quartier Saint-Roch de la ville de Nice, sous la forme d’un parcours de marche adapté aux besoins des seniors. L’évaluation quantitative montre que les seniors résidant à Saint-Roch ont une meilleure perception de leur santé physique et psychologique, ainsi que des scores de performances physiques significativement supérieurs à T3 comparativement à T0 et au groupe témoin. On observe un effet spécifique de l’aménagement urbain sur tous les scores de capacités physiques (endurance, souplesse). L’aménagement du parcours de marche permet l’adoption de comportements favorables à la santé, en intégrant l’activité physique dans leurs activités quotidiennes.

Documentation : Plaquette 4S

Pour en savoir plus : Direction de la santé de la ville de Nice, 04.97.13.28.43.

Pr Fabienne D’ARRIPE LONGUEVILLE, UFR STAPS, UNS, fabienne.d-arripe-longueville@unice.fr

  • Activité physique et maladies chroniques : Le projet As du Cœur :

Le projet As du Cœur a pour objectif de concevoir, mettre en place et évaluer des dispositifs et des programmes d’activités physique et sportive destinés à des personnes fragilisées par des maladies cardio-vasculaires afin d’améliorer leur santé, leur qualité de vie et leur autonomie. Ce projet est coordonné par Diagana Sport Santé, société d’ingénierie, de recherche, et de conception de projets et programmes dans le domaine du sport et de la santé avec le soutien  du Laboratoire de Motricité Humaine et d’Education Sport Santé (LAMHESS) de l’UFR STAPS de Nice, le service de réadaptation cardiaque de la  Clinique Les Sources à Nice, le RSI Côte d’Azur et  le Départements de Santé Publique du CHU de Nice. Ce projet a été conçu de façon à permettre une recherche interventionnelle visant à tester l’impact médical et économique d’une stratégie d’intervention thérapeutique non médicamenteuse basée sur l’activité physique et le développement de l’autodétermination chez des patients atteints d’insuffisance coronarienne.

Pour en savoir plus : Mme Odile DIAGANA, Diagana Sport Santé, odile.diagana@diaganasportsante.com

  • Activité physique en entreprise : un exemple dans l’entreprise Tournaire

Le temps passé au travail représentant une part importante de notre vie quotidienne, le lieu de travail apparaît comme particulièrement approprié pour développer des actions de promotion de la santé. Longtemps, dans l’entreprise, le sport a seulement été appréhendé à travers les valeurs qu’il est censé incarner : performance, compétition et cohésion d’équipe. Mais ses bénéfices vont bien au-delà et contribuent à créer un environnement favorable à la santé.

Documentation : Activité physique en entreprise

Pour en savoir plus : Pr Christian PRADIER, CHU de NICE et UFR Médecine, UNS pradier.c@chu-nice.fr

  • Activité physique et territoires ruraux : un exemple au château de la Causéga

Ce lieu de répit et de ressources qui s’appuie sur le tissu socio-économique du territoire dans une démarche d’économie sociale et solidaire doit permettre l’amélioration de l’emploi dans le territoire de la vallée de la Roya et ainsi le maintien de populations jeunes sur le territoire. Dans le parc du château 3 parcours Sport/Santé conçus par l’UFR STAPS (M. GARBARINO), adaptés à la capacité physique de chacun, seront ouvert à tous. Ce projet est soutenu par l’ARS, pour en faire le lieu « Sport/Santé » de la vallée de la Roya.

Documentation : Activité physique Causéga

Pour en savoir plus : Christine SCARAMOZZINO, lacausegadirection@gmail.com, 04.93.80.51.43, (http://lamaisondubonheur06.com/le-chateau-de-la-causega/)   Jean-Marie GARBARINO, Vice Doyen, UFR STAPS, UNS, garbarino@unice.fr